Connexion Adhérent

Le coucou (1) de Familiaris Consortio : Amoris Laetitia

Loin de répondre aux Dubia, le pape François utilise Amoris laetitia comme outil de promotion de ceux qui en assureront l’application

Un an jour pour jour après que les Dubia ont été adressés au pape François par quatre cardinaux pour obtenir des éclaircissements sur les termes de l’exhortation apostolique Amoris laetitia, la salle de presse du Vatican a rendu public, le 19 septembre 2017, le motu proprio Summa familiae cura par lequel le pape remplace l’Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille par l’Institut pontifical théologique Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille. Aucun des membres actuels n’est assuré d’être reconduit dans la nouvelle version de cet institut, à l’exception notable de son Grand Chancelier, Mgr Vincenzo Paglia, fervent soutien d’Amoris laetitia. Il est également prévu que le corps professoral se trouve «enrichi» par l’arrivée d’experts non-catholiques.

saint pierre de rome

Deux semaines plus tôt décédait celui qui avait fondé cet Institut au nom de Jean-Paul II et qui en fut quatorze ans durant le premier Président. Celui-ci n’était autre que… le cardinal Caffara, chef de file des quatre signataires des Dubia.

Lire la suite

Déclaration de fidélité à l’enseignement authentique de l’Eglise

Dans le sillage des dubia exposés par quatre cardinaux et de la Correctio filialis signée par 62 théologiens et universitaires, sollicitations restées à ce jour sans réponse de Rome, 34 associations de 13 pays dans le monde, ont publié le 12 décembre 2017, une déclaration de fidélité à l’enseignement authentique de l’Eglise catholique en matière de protection de la vie et de la famille, démarche à laquelle s’est associé le Mouvement catholique des familles.

Les éloquents silences du pape François

L’exhortation apostolique Amoris laetitia n’a pas fini de faire parler d’elle. Le 19 septembre 2016, les cardinaux Burke, Brandmüller, Caffara et Meisner, soutenus par vingt-six ecclésiastiques et universitaires, ont adressé au pape cinq dubia ou doutes portant notamment sur le chapitre VIII et l’admission à l’Eucharistie des divorcés-remariés.

Ce procédé n’est pas prévu en tant que tel par le Code de Droit Canon mais il s’inscrit dans une logique séculaire de débat théologique visant à solliciter des éclaircissements formels à propos de sujets relatifs à la doctrine ou la pratique religieuse. Les derniers dubia émis l’ont été en 1987 par Mgr Lefebvre au sujet de Dignitatis Humanae, à la demande du cardinal Ratzinger. Dans un passé plus ancien, le pape Jean XXII fut, au XIVe siècle, publiquement contesté par des cardinaux, des évêques et des théologiens au sujet de la vision béatifique.

Lire la suite