Connexion Adhérent

Le Pape ajourne une pastorale hétérodoxe

L’épiscopat allemand voit sa volonté d’accès de l’Eucharistie aux protestants remise à plus tard par le Pape François.

Avec la publication de la lettre de Mgr Vigano au sujet des scandaleuses pratiques du cardinal Mc Carrick, l’Eglise est entrée dans une phase de crise aiguë. Elle éclaire d’une lumière crue l’offensive menée depuis plusieurs années par une frange d’ecclésiastiques pour réviser, par la "voie pastorale", la doctrine de l’Eglise sur l’homosexualité. Exemple parmi d’autres, avant que n’éclate le scandale, ce livre publié en 2017 par le jésuite américain James Martin et préfacé par le Cardinal Farrell, depuis lors nommé préfet du nouveau dicastère pour les laïcs, la famille et la vie : Building a Bridge. How the Catholic Church and the LGBT Community Can Enter into a Relationship of Respect, Compassion, and Sensitivity.

En ces tristes jours où la souillure des hommes semble toujours plus défigurer l’Epouse du Christ, nous voudrions vous livrer un post scriptum de notre précédente chronique où l’on constate, s’il était besoin de nous en convaincre, que tout espoir n’est jamais perdu.

Nous relations la publication en février 2018, par la Conférence épiscopale allemande, d’un texte qui visait à autoriser "l’intercommunion", c’est-à-dire le fait, pour un protestant, de communier à la messe à laquelle participe son conjoint catholique. Un mois plus tard, sept évêques allemands, dont un cardinal, adressaient leurs dubia1 au Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, visant à savoir si une conférence épiscopale nationale était habilitée à prendre "une décision isolée concernant une question comme celle qui concerne la Foi et la pratique de toute l’Eglise".

Le 3 mai s’est tenue au Vatican une réunion entre les protagonistes qui s’est soldée par une sorte de match nul comme le suggère le communiqué de presse laconique qui a suivi : "Le Pape François apprécie l’engagement oecuménique des évêques allemands et leur demande de trouver, dans un esprit de communion ecclésiale, une solution si possible à l’unanimité ». Cette procrastination a très vite suscité de vives réactions dont les plus emblématiques sont les suivantes :

  • Du cardinal Müller, ancien Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dans le National Catholic Register : "Pour le bien de l’Eglise, ‘une expression claire de la Foi catholique’ est nécessaire, que le Pape ‘affirme la Foi’, en particulier ‘le pilier de notre Foi qui est l’Eucharistie’. Le Pape et la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sont censés ‘donner une orientation claire’, non ‘à travers une opinion personnelle mais conformément à la Foi révélée’. […] Nous devons nous opposer à cela. […] J’espère que davantage d’évêques élèveront leurs voix et accompliront leur devoir. Chaque cardinal a le devoir d’expliquer, de défendre, de promouvoir la Foi catholique, non pas en fonction de ses sentiments personnels ou des tendances de l’opinion publique mais en lisant l’Évangile, la Bible, les Saintes Ecritures et les Pères de l’Eglise. Il doit connaître tout cela, y compris les conciles, et étudier les grands théologiens du passé. Il doit être capable d’expliquer et de défendre la Foi catholique pas avec des sophismes argumentatifs qui plaisent à tout le monde et délectent les gens."; 
  • Du Cardinal Eijk, archevêque d’Utrecht : "Le Saint-Père aurait dû donner à la conférence épiscopale allemande des directives claires, basées sur la doctrine droite et sur laCardinal Eijk […]En renonçant à faire la clarté, on créeune grande confusion chez les fidèles et on met en péril l’unité de l’Eglise. […] Observant que les évêques et, surtout, le Successeur de Pierre ne parviennent pas à maintenir et à transmettre fidèlement et dans l’unité le Dépôt de la Foi contenu dans la Tradition Sacrée et la Sainte Ecriture, je ne peux m’empêcher de penser à l’article 675 du Catéchisme de l’Eglise catholique : ‘Avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la Foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le "mystère d’iniquité" sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité."

Le 25 mai, le cardinal Ladaria, nouveau préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, écrivait au Cardinal Marx, président de la conférence épiscopale allemande, pour lui indiquer que le Saint Père était parvenu à la conclusion que le document controversé n’était "pas mûr pour être publié". Ceci ne constitue pas une réponse formelle aux dubia de sept courageux évêques, mais cette décision du Pape n’en constitue pas moins un revers pour le camp du relativisme en matière sacramentelle.

Puissent de nombreux évêques et cardinaux subordonner leur carrière ecclésiastique à l’enseignement de la doctrine du Christ (car c’est bien là le rôle de l’Eglise enseignante) et méditer cette maxime du Cardinal Pie : "Aujourd’hui plus que jamais, la principale force des méchants, c’est la faiblesse des bons, et le nerf du règne de Satan parmi nous, c’est la perte de nerf du christianisme dans les chrétiens2."

Vittorio Oltramari
Décembre 2018
 
1 - Question formelle posée par un prélat au Saint-Siège, appelant à une réponse par "oui" ou "non".
2 - Cardinal Pie, discours prononcé lors de la réception des reliques de saint Emilien, dans la cathédrale de Nantes le 8 novembre 1859.
Sources : voir l’article de FSSPX.Actualités sur l’intercommunion avec les protestants et l’éditorial de juin : la pastoralede la chatière.